La faune

Environnement

La faune

La mer en remontant dans le havre de Regnéville va charger de salinité les eaux douces de la rivière, la Sienne.

Cet apport de nutriments attire de nombreuses espèces de poissons qui eux-mêmes vont attirer une grande variété d’oiseaux, et de prédateurs.

Les oiseaux :

Le havre de Regnéville a une valeur ornithologique très marquée pour la protection ou la préservation d’espèces rares d’oiseaux dont le gravelot à collier interrompu et la bernache cravant sont devenus les emblèmes...

Parmi les espèces limicoles se nourrissant de petits vers, et nichant sur la laisse de mer, le gravelot à collier interrompu, fait escale dans le havre de Regnéville d’avril à juillet pour pondre ses œufs. Sa population avait presque totalement disparu, victime des promeneurs et de leurs chiens, ainsi que des nettoyages de plages, au point d’apparaître sur la liste rouge des espèces en voie de disparition, mais les mesures de protection sur le site lui sont actuellement bénéfiques.
Autres espèces protégées nichant dans le havre ou s’y reproduisant : le tadorne du Belon présent tout l’hiver et jusqu’en juin pour sa parade amoureuse, l’aigrette garzette de plus en plus fréquente dans les marais, le héron cendré présent toute l’année...

Le havre de Regnéville est le principal site français pour l’hivernage de la bernache cravant à ventre pâle, autre espèce protégée arrivant en début d’automne des régions les plus froides de Sibérie ou du Groenland, avec une population représentant 85% des effectifs nationaux. Cette petite oie farouche vit en troupeau et construit son nid à même le sol, sur les herbus dépourvus de relief, dont elle broute l’herbe rase. Elle se nourrit également de zostères ou d’algues vertes.

D’autres espèces rares choisissent de passer l’hiver dans le havre : parmi les limicoles, la barge rousse et autres bécasseaux, le pluvier argenté, le vanneau huppé, l’huîtrier pie, le courlis cendré... ainsi que le bruant des neiges, l’eider à duvet , le martin-pêcheur, et plus rarement la bernache nonette.

A cette liste il convient d’ajouter quatre rapaces très réguliers dans le havre : le busard Saint-Martin, le faucon pèlerin, le faucon émerillon et le hibou des marais. Ces trois derniers fréquentent souvent le « bout du banc » pour chasser ou se reposer.
Sans oublier les grands oiseaux de mer qui font une étape migratoire da
ns le havre: goélands, mouettes rieuses, sternes (caugek,naine et pierregarin).

Les poissons et mammifères marins :

Maquereaux, merlans, chinchards, orphies, plus rarement, lançons, sprats, fréqu
entent l’entrée de havre à marée haute, voire s’y aventurent au gré du courant montant, et font le bonheur des pêcheurs amateurs tout l’été.
D’autres espèces profitent du havre comme nursery : bars, soles, plies ...

Mais, ce sont les mulets qui constituent la population la plus importante : il faut voir le spectacle toujours étonnant de dizaines de mulets bondissant en tous sens autour des embarcations lorsque les eaux sont calmes ! Des phoques veaux marins ou même des grands dauphins peuvent être vus assez loin dans le havre, une alerte doit être donnée afin de prêter secours à ces animaux s’ils s’échouent.

Contacts :

- Groupe d’Etudes des Cétacés du Cotentin (G.E.C.C.) :
Groupe etudes des cétacés http://www.gecc-normandie.org ou
Groupe etudes des cétacés http://perso.wanadoo.fr/gecc
- Réseau National d’Echouage pour les mammifères marins (C.R.M.M.):
au 05.46.44.99.10 ou sur Réseau nationa d'échaouge pour les mammifères marins www.cetace.info/

Des poissons de rivière, principalement la truite commune ou l’épinoche, petit poisson fréquentant plutôt les eaux stagnantes ou les ruisseaux à faible courant, côtoient des espèces se reproduisant en mer comme l’anguille, ou le flet, ou des poissons vivant en mer mais se reproduisant en eaux douces comme le saumon qui est maintenant protégé car devenu trop rare. En effet, la Sienne était il y encore quelques années, une des trois principales rivières à saumon de la Manche avec la Sée et la Sélune. Un itinéraire de découverte sur ce thème est proposé chaque été par les associations d'initiation à l’environnement : le CPIE du Cotentin ou Avril.
Contacts :
cpie cotentin http://www.cpiecotentin.com ou
Association Avril http://www.associationavril.org/spip

Les moutons:

Le mouton est le gardien des herbus et prés salés de Regnéville : en broutant son herbe et en la piétinant, il participe à l’entretien du site ; par ses déjections, il nourrit une faune d’invertébrés qui eux-mêmes iront nourrir oiseaux et petits mammifères. Il contribue ainsi par sa simple présence à préserver la biodiversité du havre de Regnéville.

La faune